Une vision déterministe de l'histoire

Publié le par 問道

   S’il y a bien un point dans la mentalité française qui marque bien l’esprit totalitaire, c’est bien cette vision déterministe de l’histoire. Le totalitarisme a cette particularité de considérer que tout dans l’univers doit être maîtrisé. Le monothéiste considère que tout est volonté du dieu tout-puissant, la modernité veut donner à l’homme les moyens d’être ce fameux « tout-puissant ». Ainsi, celui-ci catalogue et classe tout dans des cadres, découpe, négligeant le caractère vivant de la chose (ses mutations, évolutions, les rapports de chaque chose avec ce qui l’entoure). Le moderne croit que toute l’existence est un mécanisme. Une peur panique de ce qui sort de la prévision et de l’autoritaire volonté de l’homme décideur et technocrate. L’histoire doit se soumettre à cette mécanisation. Les marxistes, comme les capitalistes, dans leur vision progressiste du temps, ont cette vision déterministe de l’histoire. Seule, ce qui les sépare l’idée qu’ils se font du futur manifeste de l’humanité.

Etiennes-manach.jpg   Je me rappelle avoir vu, sur Dailymotion, une archive de l’émission « Apostrophe » de Bernard Pivot. Il y avait comme invité, Etienne Manac’h, un homme d’une imposante niaiserie et, accessoirement ambassadeur de là république française en république populaire de Chine. Il y officiait en pleine révolution culturelle. A propos de ladite révolution, il la trouvait justifiée, car il faut faire des sacrifices pour se moderniser. Des propos qu’ensuite, il modère, car s’il y avait eu des actes d’extrêmes violences, elles seraient condamnables. Mais fort heureusement pour lui, il n’en a pas remarqué. Dans son raisonnement, il développait une grille historique schématique et déterministe. Les Chinois vivaient la révolution leur permettant de rentrer dans la modernité, comme la France de 1789. Et que c’est dans l’optique d’une Chine vivant sa révolution de 1789 qu’il fallait regarder ce qu’il se passe, et non pas avec ce qu’était devenu la France dans les années 1970 (sans trop de violence, sans terreur etc). Avec le temps, l’avenir manifeste de la Chine, c’était d’être la France de leur présent. Une vision reprise par la sinophilie française, et ses :

   « Oh mais ce pays vit sa révolution industrielle, et puis oh hein, il nous a fallut 2 siècle avant d’être une démocratie, vous leur demandez de l’être en 50 ans… »

Il y en a beaucoup d’autres…

Publié dans Lacunes françaises

Commenter cet article