propagande de droite américaine à la sauce aigre-douce

Publié le par 問道

 

RV-AB179_CAU_co_G_20110107173529.jpg    Dans un pays à la destiné manifeste, c'est-à-dire biblique, s’approchant de la dernière partie du livre, une bonne femme sino-américaine, s’est amusée à donner des leçons d’éducation aux mamans du monde entier. Vous pouvez voir l’article ici et en français . Je doit vous avouer que j’en ai un peu rien à faire de l’éducation qu’elle donne à ses enfants, et ce qu’elle désigne être « une bonne éducation ». Ce qui m’intéresse, c’est de pointer ses incohérences et montrer en quoi cette pauvre dame est un peu tordue. Cette femme, certainement très intelligente, fait dans une espèce de « chauvinisme familiale », ce qui n’est pas condamnable en soi, elle est américaine et vie aux Etats-Unis, dans la société Américaine d’aujourd’hui. Personnellement, je ne suis pas vraiment dans cette logique, les femmes de mon peuple d’origine, ont disparues, je ne suis qu’un mohican de l’avant dernière génération. Il ne me reste donc plus que deux solutions : disparaître avec les gènes, ou les placer ailleurs… je n’ai pas encore fait de choix, mais est-ce un choix ?

 

   Mais, revenons donc à la logique de la si brillante et cohérente madame Rubenfeld, ex-Chua. L’éducation des mamans chinoises serait la meilleur. Sans aller dans le détail, elle vante une éducation « brutale » et non « strict ». J’appel une éducation « brutale », l’intolérance vis-à-vis des difficultés d’un enfant à l’école, de leurs défauts, allant parfois jusqu’à l’insulte. Aussi, cette façon de ne tenir aucun compte de ce qu'ils pourraient avoir envie de faire, pour leur imposer des activitées que l'on a choisi pour eux! Et, qui les isoles des autres, puisqu'il n'y a pas de place pour les activités socialisantes, collectives, dans ce qu'elle a choisie pour elles. Premier point : je ne sais pas ce que c’est qu’une « mère chinoise » ! Est-ce une mère du nord ? Une cantonaise ? Une Wenzhou ? Une Hakka ? Une Teochew ? Est-ce une mère paysanne du Hunan ou citadine de Shanghaï ? Ou une mère des communautés chinoises du Vietnam, du Cambodge, des USA ou d’Australie ? Quid des mères chinoises de France, de la réunion ou des Etats-Unis ? Et quid donc des mères de familles de tradition bouddhiste, ou traditionnellement taoïste ?

 

   Cette si distinguée mère de famille est née dans l’Illinois, ses parents sont des Chinois des Philippines. C’est en effet à partir de la dynastie Qing que les Chinois ont massivement migrés à travers l’Asie et cet archipel. J’ai dans mon entourage des Chinois, des Taïwanais, des Teochew, des Wenzhou de France. La majorité d’entre eux ont une vision critique de leurs mères. Les uns fustigent l’importance qu’elles donnent à leur réputation dans leur milieu, les autres, leur propension à mettre la pression sur l’enfant, parce que l’on vie une société de concurrence à laquelle, elle adhérent sans limite et sans critique, tout en la craignant pour elle et leur progéniture… quelques uns ont une relation plus apaisée.

 

   Peut-être, juge t-elle sur d’autres critères : la performance de leurs enfants dans la course au titre du « best children ». Effectivement, ses enfants sont très performantes… et leur mère en est très fière ! Elle peut montrer en photo leur brillance sur internet (vous savez, cet endroit ou l’on peut avoir à faire à des prédateurs en tout genre, en tout cas où des tas d’inconnus peuvent les voir en photo). Je ne connais pas ses enfants, je resterai alors à ceux que je connais. Mon ami de Taïwan, qui vie dans une famille apaisée est diplômé en science politique à l’université de Tunghai à Taïwan, une des plus prestigieuse université en Asie. Lors de son séjour en France, a impressionné la prof de chinois par sa façon de parler : « ton ami parle juste, lentement, il mesure chacun de ses mots, on dirait un lettré d’avant la révolution communiste ». Et il est d’une érudition qui n’a d’égal que la paix qui règne dans son cœur, et qu’il vous transmet par sa simple présence. Les autres, vivent pour la plupart sous le poids de leurs névroses, ou flirtent avec la dépression. Ils sont plus avancés dans la vie que les enfants de madame « vive l’éducation chinoise » : Amy Rubenfeld…

 

   Il me semble que cette dame ne juge l‘éducation des enfants qu’a travers une seule vision : celle de la mère. Il arrive que parfois, une mère ne jauge la façon dont elle a éduqué ses enfants qu’à la conformité de sa progéniture à ses propres ambitions. La capacité de ses enfants à être ce qu’elle veut qu’ils soient. Serait-ce une vision narcissique de la question ? Je n’irai pas qualifier madame Rubenfeld de « narcissique », mais elle semble avoir fait un buzz avec son article et ne rechigne pas à venir parler à la télévision depuis.

 

   Il faut cependant faire l’effort de comprendre qu’elle appartient à un arbre différent du notre et que sa vision du monde tiens de cette logique. Il faut donc faire preuve de tolérance et la comprendre. Pour cela, il faut y entrer et explorer cet univers. En parlant de la sorte de l’éducation des mamans chinoises, elle semble tenir un discours chauvin (légitime et naturel dans une société cosmopolite). Là ou je ne comprends pas sa logique, c’est que tout en vantant les valeurs de la famille asiatique, chinoise, comme étant les meilleurs, elle s’est marié en dehors de sa communauté à l'éducation si supérieur! Elle s’est mariée avec monsieur Rubenfeld, ses filles ont de grands yeux ouverts et la peau blanche. En l’entendant tenir son discours, et en sachant sa situation matrimoniale et familiale, je ne peux m’empêcher de penser « et les papas chinois, sont donc tellement nuls ? » Pourquoi donc se marier en dehors de son groupe, quand on tient ce genre de discours ? N’y a-t-il pas grand écart ?

 

 

   Une amie, elle-même d’origine asiatique, me faisait remarquer, que « l’éducation des enfants, c’est aussi le père, les oncles, les grands parents la société en dehors de la maison qui la font ! Comment peut-on prétendre parler d’éducation chinoise en ces termes, quand même le père, dans la maison,  n’est pas chinois ! »

 

   Je me doute que ce que je viens de pointer n’est pas pour vous incohérent, tant est si bien que votre vision du monde est celle de gens déracinés, de « citoyens du monde » (citoyens même dans les terres habités par des peuples ou la notion de « cité » n’existe pas), cosmopolites tant que dominant. C’est vrai, le monde entier ne rêve que de se mélanger et donner leurs filles à marier avec celui qui a les moyens de leur imposer leurs codes et volontés chez eux ! Il ne peut en être autrement, en attendant que s’inverse le rapport de force. Mais, ceci est un autre sujet…

Publié dans Rectifier les noms

Commenter cet article