Moderniser l’islam

Publié le par 問道

   La chose s’est cependant, depuis peaufinée. Il ne s’agit plus de grandes mosquées, il s’agit de « moderniser l’islam », ou de « construire l’islam de France ». « Moderniser l’islam », consiste à faire rentrer l’islam dans un paradigme particulier qui est celui de la « modernité ». Une aberration du point de vue théologique : l’islam n’est pas une foi mais une loi, et n’est pas, au contraire de la Bible, un texte rédigé par des hommes inspirés, mais directement la parole d’Allah. Celui-ci étant le dieu unique qui n’a pas été engendré et n’engendre pas, il est l’absolu. C’est aux hommes et au monde de se conforter à sa loi (universelle et intemporelle) et non l’inverse. Par conséquent, ses préceptes, ses commandements, ne sauraient être remis en cause, ni même contredits ! Mais, nos brillants sires, dans leur grande modestie, ont l’ambition de soumettre Allah à leurs lois et point de vue, rien que ça ! D’autres se sont essayés à philosopher sur l’islam et Allah, ils ont fini morts, comme touts hommes, et leurs spéculations… toutes justes bonnes à plaire à des non-musulmans fantasmant et se paluchant devant les images de cet « orient imaginaire à l’air, parfumé à l’odeur de thé à la menthe et au goût de miel », ou encore des beurs heureux de voir des « gwers » les aimer.

 

   « L’islam de France » relève de la même niaiserie. Il s’agit de conformer l’islam aux lois de la république française. Parmi ces lois il y a celles de la laïcité. C'est-à-dire que la religion serait une affaire personnelle et privée, qui n’aurait pas sa place dans la « sphère publique ». Déjà, une religion, par définition, n’est pas une affaire privée. Le prétendu Dieu, ne s’est en effet pas adressé aux individus les uns après les autres ou en même temps, en eux, mais à plusieurs, à des communautés. Pour se faire, il aurait dépêché des prophètes, qui devaient ensuite transmettre le message aux hommes dans leur ensemble. De là, des rituels, des lois et des morales sociales ont découlés. L’individu, dans la religion n’existe pas, et encore moins dans l’islam ! L’ont peut cependant objecter, qu’il n’existe pas, officiellement, de « clergé » dans une société islamique. Ce n’est pas que ce clergé n’existe pas, c’est qu’il n’est pas officiellement clergé, c'est-à-dire institutionnalisé à part du reste de la société. C’est qu’il est dans la société elle-même. Nous y trouvons des « imams », des « muftis », ailleurs des « ayatollahs » et autres. Ils n’appartiennent pas a une institution particulière, ils sont au sommet de la société et lui dicte sa morale et comment elle doit vivre. La religion et la société sont uns, comme chez les protestants !

 

   Revenons à « l’islam de France ». L’islam devrait donc se soumettre aux lois de la République française. Il lui est alors demandé de s’amputer de toutes ses lois et préceptes qui sont contraire au droit français. Par exemple, l’apostasie, que l’islam, si profonde doctrine qui craint d’être abandonnée et remise en cause, condamne à mort. Il faut renoncer à cette condamnation à mort. En fait, tout le droit musulman est à jeter à la poubelle. L’islam doit être régit par le droit français. Ce peux sembler cohérent et une démarche intéressante. Un petit bémol cependant : il faut être absolument béotien de la théologie islamique et de son paradigme pour croire en la cohérence de cette démarche. « El islam diin wa dounia » disent les docteurs de la loi, l’islam est foi et société ! Les deux sont indissociables et amputer l’un de l’autre revient à tuer les deux. Peut-être qu’au font, finalement, le but est de tuer l’islam. C’est d’ailleurs le danger que perçoivent les grands théologiens islamiques, qui s’y opposent. Comment une doctrine si spirituelle et si lumineuse peut-elle se passer de son arsenal législatif répressif pour exister ? Tuer l’islam n’est pas une idée qui peut me déplaire, loin de là. Si je m’écoutais, je réglerai le problème de la présence de l’islam en Afrique du nord et de sa présence immobilière avec du TNT et des détonateurs. Mais ce n’est pas le but.

Publié dans Monothéisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article