L’islam, un enjeu colonial

Publié le par 問道

Coloniser par les médias

   J’ai évolué depuis la dernière fois ou j’ai écrit sur l’islam. J’ai mûri certaines idées et approfondie ma vision des choses. J’ai cependant reçus l’aide de personnes lucides sur le sujet, qui m’ont permis de passer un cap. Autrefois, l’islamophilie des élites moralisatrices, médiatiques, et de leurs brebis « je ne suis pas raciste », me semblait une aberration, une incohérence. Je les croyais de bonne foi, juste dupes. Aujourd’hui, je suis plus nuancé sur la question : je pense que ceux qui les écoutent sont dupes, involontairement dans un premier temps. Mais ils deviennent des dupes volontaires après rencontre avec des personnes issues de pays membres de l’Organisation Islamique Mondiale, qui ne sont pas musulmanes et sont même hostile à ce totalitarisme médiéval. Car, le français antiraciste n’aime pas l’étranger qui ne soit pas un cliché ambulant, il n’aime pas l’étranger qui essaye de construire une pensée complexe. Comment de tels sauvages le pourraient-ils ? Enfin, ils ne sont pas si importants que cela. Les leaders, en revanche, moralistes médiatiques, islamologues de talk show, philosophes télévisuels, ne sont pas dupes. Ce sont avant tout des personnes de médias qui ont une mission de personnes de médias.

 

   Choses qu’il faut au préalable savoir et garder en tête : la France est présente dans les Etats membres de la ligue arabe. Les paraboles permettent aux gens de regarder TF1, France-Télévision et autres chaines. Cela lui permet de véhiculer son message et, d’être crue sur parole par des peuples naïfs, fascinés encore par la modernité, ses objets et l’image qui y est faite. Au pays d’origine, beaucoup voulaient venir en France, même clandestins, non pas parce que c’est « la merde ici », mais « pour vivre comme à la télé ». A une époque, une publicité pour un gel douche, montrait une femme dans sa voiture au milieu d’un embouteillage. Frustrée et stressée, elle quitte son automobile pour aller prendre une douche relaxante dans une fontaine publique. Au pays d’origine, des adultes de 30 ans croyaient vraiment qu’en France, les femmes se douchaient dans les fontaines publiques. A force de voir ces lucarnes vanter la grandeur de la société occidentale, ils finissent par détester leurs sociétés au-delà de la simplicité matérielle. Ils sont d’ailleurs prêts à tout sacrifier pour venir dans un endroit ou ils n’ont ni racines, ni possibilités d’accueils ni rien. C’est un colonialisme culturel et mental. A défaut de pouvoir dominer politiquement et militairement, il faut les dominer culturellement et moralement. Dominer pour imposer son paradigme.

 

   Les Arabes, avec l’islam, font la même chose, sur les peuples d’Asie et d’Afrique, du nord comme sub-saharienne. Ils n’utilisent pas les télévisions, mais les mosquées. Alors que la France est médiatiquement présente, les arabes le sont physiquement et politiquement. Ils sont présents depuis bien plus longtemps, leur colonisation morale et mentale est même sous traité par des agents qui se transmettent le travail de génération en génération. Leur domination, leur colonialisme est ancré dans l’esprit des colonisés. Et, les élites moralistes et médiatiques françaises l’ont compris, comme le dit cet ami « ils ont compris que pour dominer cette masse d’hommes qui peuplent l’Afrique du nord, sub-saharienne jusqu’au moyen orient arabe, il faut avoir l’islam » (les Bédouins et le monde à partir de l’Iran sont plutôt anglo-saxonne). C’est là, l’invention et la fabrication de « l’islam de France ». Ce n’est pas une chose nouvelle. Déjà, à l’époque classique du colonialisme, la France a construit la grande mosquée de Paris, en collaboration avec ceux qui furent leurs alliés contre la révolte du Rif : la monarchie alaouite au Maroc. Il s’agissait alors de montrer pour les indigènes, la bienveillance paternelle de la domination française à leur égard.

Publié dans Monothéisme

Commenter cet article