L’islam de France, une indigeste blague

Publié le par 問道

   Ces honorables centres sont en passe d’être dépassés. En effet, les brillants et anciens centres d’études islamiques de la plaine St Denis, de la maison de la radio et autres, les ont surpassés. L’islam authentique n’est pas l’islam historique, traditionnel, textuel, c’est l’islam de France et de ses médias. Ces grands islamologues dispensent leurs cours dans des émissions de télévisions avec public. Ils distribuent les bons points, qui est bon ou mauvais musulmans, réhabilitent le soufisme (doctrine un petit peu batarde et franchement incohérente). Ils ont pour cela des critères théologiques, législatifs et doctrinaux imparable : ça leur plait ! C’est conforme à la façon dont ils veulent voir les choses et la société. C’est bon pour « l’image » de l’islam en France. Ils ne se demandent jamais si finalement, en islam, ce qui compte, ce n’est pas « la conformité aux textes sacrés ». Ce sont de grands islamologues qui ne savent ni lire l’arabe, ni les grands textes ou la tradition. Ils ne savent juste que ce qu’ils veulent voir. Ils nous vendent alors des icônes et des exemples, comme Djamel Debouzze (qui a quand même mûrie sur le sujet depuis), Abd el Malik, au message si profond : « c’est nul de se détester, faut qu’on s’aime », j’en passe et des meilleurs. Un historien lyonnais publie un livre relativisant le rôle des voix du monde dominé par l’ordre islamique dans la redécouverte des grecs par la chrétienté, Malek Chebel dis « Je ne l'ai pas lu, mais son a priori ne me paraît pas intéressant ».

 

   Autre exemple : une émission littéraire à l’époque ou PPDA travaillait sur TF1, invité Malek Chebel, auteur de nombreux livres et notamment d’un « islam par les nuls ». Il a passé son temps à dire aux gens sur le plateau ce qu’ils voulaient entendre. Une autre invité, pas du tout musulmane, puisque juive, Eliette Abecassis dit « je ne sais rien sur l’islam mais c’est bien que des gens comme Malek Chebel nous présente le vrai islam ». Une autre anecdote : Sur internet, un athée iranien critiquant l’islam en tant que doctrine s’est fait insulter par une beurette de quarante ans. Elle parlait alors de « vrai islam ». Curieux et naïf,  je l’interrogeais pour en savoir plus sur ce vrai islam. Je lui demandais alors si elle connaissait l’incontournable Abou Hamid Mohammed Ibn Mohammed Al Ghazali : « non » me répondit-elle. Connaissait-elle alors les textes qui forment le corpus de l’islam : le Coran, la sira, la sunna, la fiq, le takfir et les hadiths : « non, juste lus le Coran ». Savait-elle ce qu’est la takya : « non ». Comprend-elle l’expression « el islam din wa dounia » : « non ». Je me suis fait ensuite traité de « chien », de « sarakozyste » et même de « chien de sarkozyste ». Elle a reçu un soutien décisif de son ami et contact français. Voilà donc ce qu’est en France le « vrai islam ». Mes questions, basics, peut profondes, n’ont pas trouvés de réponses. Et pourtant, ces gens qui ne savent rien de l’islam savent ce qu’est « le vrai islam » ! La France est vraiment un grand pays !

 

islam-par-les-nuls.gif   Ces incohérences et ces aberrations sont le fait d’un certain nombre d’islamologues, peut connu, voir même inconnu dans le monde islamique. Chebel est évoqué plus haut, on peut y trouver aussi Abdelawahab Medeb et je ne sais qui encore. Leur idée est, que l’islam est avant tout un objet ethnologique. Il s’agit d’étudier et analyser l’islam par les sociétés dominées par elle. Ce pourrait être une démarche académique intéressante, si elle ne souffrait pas de l’ambition démesurée des tenants de cette méthode : dessiner les contours du fameux « vrai islam ».  D’après ces gens, la vérité de l’islam est dans les mœurs de gens ne sachant pas lire l’arabe bien souvent, n’ayant lus que quelques passages du coran (et encore, quand ils l’ont lut) et, qui ont des restes de cultures et paradigmes préislamiques. C’est donc nier que l’islam, c’est d’abord un message laissé par un bédouin, il y a fort longtemps. C’est nié le fait que l’islam, un ordre établit et les lois, textes et traditions qui en découlent. C’est aussi pervers dans la façon de voir tout ces humains : faire croire que l’islam est la réalité naturelle de leur existence, alors qu’elle a besoin de l’Etat et de son soutien policier, législatif, de l’instruction publique, et l’omniprésence médiatique mis à sa disposition pour exister et tenir. Elle entraine ensuite la confusion dangereuse entre la doctrine islamique et les gens qui sont prétendus être dedans. On me fait souvent la remarque « tu confonds islam et islamisme »,  je réponds alors « non, « islamisme » est un mot qui n’existe pas en arabe, c’est toi qui fait la confusion entre « islam » et « personnes issus d’une société subissant la domination de l’islam » ».

Publié dans Monothéisme

Commenter cet article