Jouer avec des allumettes

Publié le par 問道

   Cette démarimg-11857.jpgche, a pour conséquence de rendre l’islam informe, plus privé et en fait, plus présentable. Le message islamique n’a jamais dérangés nos maitres médiatiques, c’est juste l’habillement qui dérange ! Un imam en ka mis, barbe, chéchia et, accessoirement en vieilles baskets Adidas Nastase s usées sera critiqué, moqué et vilipendé. Une personne avec le même message, mais aux paroles moins brutales, en costume, cravate, mocassins, barbe taillée ou imberbe, sera accueillit à bras ouvert ! Ce qui compte n’est pas le message que l’on véhicule, mais la façon dont on le véhicule. Les Français appe llent cela un « musulman modéré ». Les textes islamiques (les seuls références légitimes en matière d’islam) sont pourtant formels : il n’existe pas de « musulman modérés » ni « d’islam modéré », il n’y a que l’islam. En fait, l’islam modéré, c’est une taqya, c'est-à-dire un mensonge légitime quand il s’agit de berner le djahil dans l‘intérêt de l’islam. C’est une sorte d’islam en kit, ou une copie de « monsieur pomme de terre », ce jeu américain ou on choisit tel couvre chef, tels yeux, tels bouche, telle nez… pour faire des combinaisons. Le musulman de France est invité à choisir « ça je prends, c’est fun… non pas ça, pas cool… ah ça bien ! »

 

   Ce n’est donc pas la présence de l’islam dans les esprits ou les cœurs, qui dérange, mais sa présence dans les formes. Du moment que la poussière est sous le tapis, ça va. Qu’il y ait des gens qui ne soient pas unis aux autres par les valeurs communes, un paradigme commun n’est pas grave. Qu’il y ait des gens animés par une idéologie impérieuse et totalitaire n’est pas si grave. Par contre, il est grave « d’être raciste » ! Etre français et voir d’un mauvais œil, chez soi, dans son pays, des gens ne pas jouer le jeu du contrat qui cimente le pays, ce n’est pas bien, même si c’est terriblement humain. Ce n’est pas la présence de l’islam qui pose problème, c’est les prières dans la rue. A cet anecdotique problème, certaines personnes paternalistement bienveillantes voient qu’il y a un problème quand au nombre limité de mosquées en France « les pauvres sont obligés de prier dans la rue ». Ils ont également une statistique magique : « 5 millions de musulmans en France ». Nous ne savons pas qui sont ces 5 millions de musulmans en France, comme le million et demi de martyr du FLN durant la guerre d’Algérie. Quel sondage ? Quelle enquête de terrain ? Quels ont été les questions posées ? Ce n’est pas un chiffre venu d’une enquête, mais juste d’une réflexion « copié-collé ». On compte « tant de personnes de nationalité marocaine + tant de personnes de nationalité algérienne + tant de personne de nationalité tunisienne + […] + tant de personne d’Afrique sub-saharienne + […] + tant de personne de nationalité turc = 5 millions de musulmans en France ». Elles sont revendiquées par les organisations islamiques de France et reprise par l’Etat et les médias.

 

   Je parlais de la « spéculation philosophique islamique » avec cet ami évoqué plus haut. Il eut la remarque suivante : « oui, c’est un classique de l’histoire de l’islam et de l’islamisation des sociétés ». L’idée est que dominer militairement et politiquement ne suffit pas. Les peuples résistent et les pouvoirs se renversent. Il faut faire rentrer la doctrine dans la société, dans les esprits, les discutions, les paradigmes. Un bloc solide se bloque, se casse même, on s’y oppose. Mais un liquide, ou un gaz, comment y résister ? Il faut donc opérer une fusion, faire fondre l’islam, la faire pénétrer dans la culture et la société. Celle-ci s’y habitue, l’adopte dans ses problématiques, lui fait une place dans son paradigme et, une fois installé, l’autorité de l’islam sonne la fin de la récréation et condamne l’hérésie pour instaurer l’orthodoxie. Et la société n’a d’autres choix que de suivre, puisque la doctrine autrefois identifiée comme objet de l’envahisseur est dorénavant perçut comme « partie du paradigme à part entière ». Ceci ne se fait pas à partir d’une mécanique de complots ou de volontés politiques, c’est d’avantage un sens de l’histoire des sociétés dominés par un ordre islamique ou qui ont accepté, d’une façon ou d’une autre, l’islam en leur sein. Ca se fait sur plusieurs générations. Chose que le français moderne ne comprend pas, à cause de sa perception du temps, de plus en plus court.

Publié dans Monothéisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article