Conclusion

Publié le par 問道

   Loin d’être une école ou s’apprend le football, le système de « centre de formation » n’apprend qu’une façon unique de jouer. Elle déshumanise les joueurs en leur apprenant à n’être que des footballeurs et rien d’autres, les isolants de la société. Le jeu ne s’enrichis pas des centres de formations, mais au contraire, perd en nerfs, en orgueil : en caractère. Lorsque l’on écoute parler les anciens grands joueurs à propos des grandes équipes où ils ont joués, ils évoquent plus une aventure humaine, la vie d’un groupe d’hommes, que la simple tactique et technique. La mise en place ne sert que de base ou doit s’exprimer l’homme qui joue. La formation ne forme que des pièces d’un mécanisme, faisant perdre au jeu sa saveur humaine.

   C’est aussi une entreprise de standardisation. Un centre de formation n’est qu’une usine à fabriquer des pièces identiques pour jouer dans le schéma tactique. Ce système permet aussi d’instaurer un système de repérage et de pillage des joueurs des autres continents vers l’Europe. Les jeunes sont déracinés et n’envisagent leur activité qu’en termes de « carrière » et de « business ». Ils pratiquent un métier. Une mentalité qui va de pair avec la médiatisation et l’impérialisme du business autour du football.

   L’exemple africain est un cas typique. Fruit de la présence coloniale européenne nombreuses peuples colonisés se sont appropriés ce jeu pour s’y exprimer. Ils y ont développés leurs styles et leurs traditions. Les médias et le système du football institutionnalisé ont affirmés que le football africain « devait progresser » en s’européanisant. Ce sont les institutions footballistique des fédérations et les écoles de formations qui permettent cela et engendrent un vrai pillage.

   Enfin, comme l’école ferme les métiers en les faisant privilèges d’une caste certifiée, le système des centres de formation agit de même sur le football. Jouer à un niveau important n’est plus possible pour une personne issue du monde amateur, il faut obligatoirement sortir d’un centre de formation. Les centres de formation qui inondent même les divisions inférieurs, en attendant le football amateur.

   Le jeu « football », en revanche, semble intouchable. Dans la mesure où contrairement au sport, le jeu n’est ni structuré, ni organisé, c’est une activité libre : il suffit d’un ballon, d’un peu d’espace et de plusieurs personnes désirant jouer. Une disparition du football en tant que sport, faillite des institutions, ne ferai aucun mal au jeu, bien au contraire. Alors que le sport frustre et énerve,  c’est au contraire le jeu qui est source de plaisir, fait un certain nombre de beaux souvenirs pour les jeunes hommes.

Publié dans Football

Commenter cet article

Jeux de football 07/06/2014 10:28

Il s'agit d'un superbe article, merci le partage de cette vision des choses. Je suis en grande parti d'accord avec ce que tu dis. Le Rugby monte d'ailleurs d'année en année, mais l'argent ne monte
pas autant que dans le foot à ce jour.