Ce que la révolution de jasmin a fait fleurir en France et qui passe inaperçu.

Publié le par 問道

   Et donc, Zine El Abidine Ben Ali est tombé et. C’est une bonne nouvelle pour l’humanité et une belle réalisation des Tunisiens. Certains amis sont heureux, ils ont le sentiment de vivre un moment aussi historique que la proclamation d’indépendance par Bourguiba. En France, on fait grise mine. Les hommes politiques sont mis temporairement à nu, le temps que l’actualité zappe l’événement, les intellectuels se cachent et les touristes ne peuvent pas se rendre en vacance pour pas cher. Alors que les choses changent au sud de la Sicile, je vous rassure, rien ne va changer en France. Mais, pourquoi les choses changeraient ?

 

   Parce que la révolution de jasmin, a mis au grand jour l’hypocrisie française. L’hypocrisie des politiques de gouvernement, qui trouvent toutes vertus aux maitres de divers pays du monde ! Pour eux, avoir le pouvoir va de pair avec être respectable. Ils ont aimés et soutenus Ben Ali, exprimé leur amour et n’ont pas cherché à contrôler leur libido sur la question ! Jusqu’à la dernière semaine de vie du régime, ils ont soutenus le raïs Ben Ali. Maintenant qu’il est tombé, nous pouvons voir sur l’internet nombre de vidéo illustrant la complicité des élites françaises. Chirac, Strauss Khan, Sarkozy, Delanoé… tous sont mouillés jusqu’au cou.

 

   Mais personne ne posera de question sur la politique en général, on continuera de se laisser enfumer par les modèles dictatoriaux. Raffarin et sa secte au pull over noué autour du cou continueront de vanter la République Populaire en Chine (qu’ils continueront d’appeler audacieusement « Chine »)… Mélanchon qui a manifesté avec les Tunisiens de France continuera à défendre Castro, et cet agité magna du pétrole qu’est Hugo Chavez (tout en draguant les décroissants), fustigera le Dalaï Lama pour vanter une politique de droite dans sa relation avec la secte au drapeau rouge de Beijing… Et Hubert Védrine, le Jacques Attali de la diplomatie, continuera d’être écouter comme un sage spécialiste dans les émissions de télévision. Il y a des hommes politiques propres, des parlementaires qui… sont dans des organisations d’amitiés franco : chinoise, gabonaise, algériennes, libyenne, saoudienne, kazakh, iranienne, cubaine, congolaise, soudanaise, djiboutiennes…

 

   Et Ali Bongo a pris la succession de son papa…

 

   Les intellectuels français, le show business (en France, c’est la même chose) ? Ils nous parlent de valeur, de démocratie, de droit de l’homme, à tout va, mais… tout ce qui les intéresse, c’est de donner l’image d’un « non-raciste ». Quoi de mieux pour cela que de se montrer amoureux des « plaisirs de l’orient », l’arabislamophilie des danses du ventre ou la sinophilie des femmes massant les pieds des touristes blancs. Ils aiment le Maroc, et expriment cet amour dans l’organisation de fêtes et partouzes dans ces maisons ancestrales de Marrakech que ne peuvent plus entretenir les familles locales de plus en plus pauvre. Ils ne sont pas racistes, puisqu’ils jouissent d’autres choses que du ballon de rouge et du saucisson sec ! Ils sont des « esprits ouverts sur le monde et non des franchouillards refermés sur la France »… tellement ouvert qu’ils ne s’intéressent pas à ce que vivent les pays dans lesquels ils se pavanent.

 

   Le Français moyen ? Il s’en fiche, lui ce qu’il veut, c’est faire des safaris au Kenya, baiser des prostituées en Thaïlande ou au Maroc (ou des jeunes hommes en République Dominicaine ou au Sénégal), épouser une chinoise qui cherche à fuir son pays, bronzer sur les plages de La Havane en sirotant un banana Daiquiri. La dictature l’interpelle, quand elle est trop intéressante pour ses élites. Ils y déplacent tout leur appareil productif, les laissant au chômage et incapable d’imaginer une autre façon de vivre, d’échapper à la misère. Ils regardent la télévision et continuent de croire ce qu’elle leur montre. Les deux premières catégories continueront de les abreuver d’images et eux continueront de les boire.

 

   Et Chirac ! Ah, Chirac… un paragraphe spécial pour lui. Dés qu’il voyait une flaque de merde liquide, il courrait pour s’y baigner ! Jiang Zemin puis Hu Jintao, Bouteflika, Hassan II, M6, Kadhafi, El Assad, Saddam, Les bédouins en keffiers dues différents émirats pétroliers, le soudanais El Bechir… Et la Françafrique ! De tous les crimes contre l’humanité du monde dans ces 30 dernières années, Chirac a trempé dedans. Et, les français moyens, continuent de le trouver sympathique, poli, important… respectable ! De même pour des grands et brillants intellectuels, Denis Tillinac ou Michel Drucker… et l’on invite son ancien bras droit, chouchou, Galouzeau pour parler de la révolution de Jasmin, sur Canal plus !

 

   Pas de remise en cause en vue… mais pourquoi faire ?

Publié dans Anecdotes

Commenter cet article