Rencontre avec Oncle Bernard 2

Publié le par 問道

   Rencontre avec l'Oncle Bernard suite

   Arrive alors, dans la continuité, le capitalisme et le marxisme! Naturellement, puisque l’on s’est engouffré avec les religions dans le totalitarisme ! Ils nous prennent dans nos angoisses, notre cœur, douloureux pour nous dominer et nous soumettre à son ordre et sa définition de l’existence. Lire Shang Yang et Han Feizi, les principaux penseurs légistes, idéologie que l’on pourrait qualifier de totalitaire, l’on se rend compte du caractère réel du capitalisme! Chez Shang Yang, la société idéale ressemble à s’y méprendre à la termitière de Freud dans « Malaise dans la culture », chez Han Feizi, l’intérêt personnel est ce qui fait marcher la société elle fait du collectif… un magicien en somme. D’autres choses permettent la comparaison, mais elles ne seront pas toutes définies ici.

   Le Communisme, aussi est totalitaire, ce fut évoqué ici, à propos de cette façon qu’avaient les deux compères à limiter l’histoire de toute l’humanité à une vulgaire lutte des classes. « J’ai de plus en plus de mal à voir la différence entre capitalisme et communisme ». Je lui dis et il me répondu qu’il y en a pas vraiment, c’est de « l’économie est le centre de l’existence », un paradigme du « tout quantifiable »… Cette idéologie reprend les mêmes thèmes et les mêmes idées à son compte dans le fond! Mais le destin du communisme était nécessairement, à un moment ou un autre, de muer en totalitarisme, quand on tient les propos du manifeste, la vérité absolue sur le sens de l’histoire, et la solution ne pouvant venir que de la liquidation d’une partie de la société, que nous le voulions ou non, d’hommes, cette idée nouvelle, donc destinée aux perdants de l’ordre alors établi, des gens un peu désaxés, psychologiquement énervés, « perdus pour la société » comme disait Lénine, ne pouvait pas ne pas rencontrer d’esprits violents n’attendant qu’une doctrine pour devenir totalitaire.

   « De toute façon, dans toutes les cultures, on trouve l’obscurantisme et la lumière, ce n’est pas une question de culture fondamentalement ceci ou cela, mais d’idéologie » disais-je comme conclusion. Il me demande alors ce que je compte faire sur l’avenir et je lui dis « ah, je ne sais pas ce que je ferai, je ne connais pas l’avenir aussi bien que Jacques Attali » réponse qui a le don de le faire rire ! Évocation alors de mon séjour à Dauphine, ou sévit le thuréfaire du libéralisme Philipe Chalmin, cette fac de « born again du libéralisme ». « Monsieur, ils sont hallucinant là bas, ils récitent la leçon en étant persuadés que ce ne sont pas des conneries ! Ils sont jeunes, ils ont la foi ! Et vas y que je te balance la compétitivité, et la concurrence… ils prêchent une religion de « winner » sans se rendre compte que c’est gros comme une maison qu’ils en seront les loosers ».

   Et l’abbé Chalmin parlant de « mariage heureux » à propos de la dictature communiste en Chine et du capitalisme, les 10% de croissance un fois sur LCI… « Dites, il est fou ce pauvre monsieur », je lui dis et ce encore le faire rigoler ! « Mais bon, ils trouvent Deng Xiao Ping génial pragmatique et brillant alors qu’il n’était qu’un con qui arrivait à être plus imbécile et nuisible que Thatcher » et il trouve comme moi qu’effectivement, Deng Xiao Ping était un imbécile inculte ! Arrive le moment de partir, il me confit la réalisation d’un dossier : « pourquoi le capitalisme n’est pas né en Chine ? » Une belle rencontre, avec un homme ouvert, qui écoute, respecte les autres.

A voir :


Publié dans Anecdotes

Commenter cet article