Dauphine et Paris VIII

Publié le par 問道

 

 

iq08.JPG   L’université Dauphine est réputé pour être une prestigieuse université, dans un quartier chic, j’y ais passé une année, puisque l’Inalco y empruntait quelques locaux. Quand cette université fêtait son anniversaire, l’économiste néo-classique, Philipe Chalmin, professeur à Dauphine vantait la tradition d’excellence de cette université dans l’émission « y a pas qu’le cac », face à Bernard Maris, keynésien au delà des clichés, plutôt dans la tendance « au-delà du Capitalisme il existe un salut » prof à Paris VIII, qui le laissait vendre sa fac. Je connais les deux universités.

 

   Une des différences qui m’a frappé entre ces deux entités, c’est le rapport aux élites intellectuelles et médiatiques. A Dauphine, on invite dans les colloques ou rencontres débats des brillants ministres de l’actuel gouvernement, ce ramassis de beaufs fortunés et aussi intelligents que Paul Préboist était sexy. On y voit aussi venir des… économistes libéraux made in chaines infos… bref, de brillantes personnes, de brillants universitaires ! En effet, c’est de là que dans ce pays, l’on tient sa réputation de personne brillante et intelligente, de sa renommés et de sa présence dans les médias de masse. Ce n’est en fait que réputation…

 

   Pourquoi passent-ils donc à la télévision ? « S’ils y passent c’est forcément qu’ils sont au dessus du lot, qu’ils sont les plus brillant ! » Si c’est effectivement ce que vous pensez, je vous invite alors à vous réveiller, depuis quand les médias s’inquiètent-ils de la qualité de leurs intervenants réguliers, leurs universitaires stars ? Dans les médias, l’on y passe parce que l’on est conforme au spectacle voulu et que l’on véhicule le message dominant qui plait à ceux qui les tiennent. Combien de fois invitent-t-on ce formaté mental, cet esprit étriqué qui n’a jamais vécu en dehors de la programmation que ses professeurs lui ont mis, j’ai nommé Jacques Attali ? Bernard Maris, au grand damne d’Acrimel à 20 minutes par semaines qu’il doit partager avec Chalmin et 2 minutes les matins sur France Inter… mais personne ne l’invite à parler de ses livres et recherches et à la TV, il observe ses interlocuteurs plus qu’il ne parle.

   C’est donc dans la relation à ces brillantes élites intellectuelles que s’exprime une des différences entre la mentalité Dauphine et la mentalité Paris VIII.

 

   A Dauphine, à propos des élites intellectuelles de la télévision, qui ont un mal fou à me convaincre de leurs qualités et du bien fondé de leurs discours, lorsque j’exprime mon avis sur les lacunes et faiblesses d’untel, on me rétorque un brillant et très intellectuel : « non mais pour qui tu te prend, lui il est un grand professeur, connu et toi tu n’es qu’un étudient ! Il est plus brillant et intelligent que toi et toi, tu n’as jamais rien fait de ta vie ».

   A Paris VIII, sur le même sujet : « Ah ouais ! C’est vrai que sur ce sujet, ses théories sont douteuses et vaseuses, c’est trop théoricien et trop éloigné du concret et de la pratique. Dis, viens boire un coup, tu vas me dire ce que tu en penses et quels sont tes visions du sujet ! »…

 

   Voyez, ce n’est pas le même rapport au pouvoir, à la réputation. Les premiers, issus des quartiers chics ou étudiants dans cette université donnent autorités intellectuelle et morales à la réputation et au statu social. Les seconds semble n’y donner que peut d’importance à cela, la cohérence et la valeur scientifique et concrète du discours donne autorité à ce que peut raconter une personne ! Un simple étudiant qui pointe les lacunes d’un « grand universitaire » de façon cohérente est aussi écouté et respecté par les autres étudiants et même, peuvent l’être par les professeurs.

 

   Chose étrange, les locaux de Dauphine sont petits, étriqués, froids et lugubres, c’était les anciens locaux de l’OTAN, Paris VIII est une fac en longueur, plusieurs bâtiments, jardins, terrasses, un endroit architecturalement ouvert ! A l’image des mentalités des étudiants respectifs.

   Une personne à qui je faisais par de mon mépris et de mon dégoût de fréquenter les locaux de Dauphine, cet endroit déprimant, me dit « mais c’est une université, tu viens pour étudier, ce n’est pas un lieu de vie, pour ça, c’est dehors ! » Je lui rétorquai alors que de fréquenter ce genre de quartier et ce genre de fac de racailles (à leur façon) finissait par la rendre aussi bête que ses amis… elle m’en a voulu de lui avoir fait perdre ainsi la face, mais en a-t-elle déjà eut une ?

 

   L’esprit Dauphine :

mouton_elevage.jpg

Publié dans Rectifier les noms

Commenter cet article