Tempête dans un dés à coudre 2

Publié le par 問道

Tempête dans un dès à coudre la suite

 

   …Ailleurs, on discutait de l’édulcoration de la « Démocratie », trop de démocratie tue la Démocratie semble t-il. Je m’amusais alors à prôner l’élargissement du droit de vote aux animaux de compagnies et aux plantes vertes, puisque les femmes ont le droit de voter. Un mec, m’a répondu pour donner on désaccord. Avec moins d’animosité d’ailleurs, beaucoup moins… je lui dis alors « allons, tu sais de quoi je parle, je le sais, tu le sais, sauf que toi tu en joue ».

 

   Mon ami Poisson Rouge rie en voyant ces dialogues, un rire bruyant venant du fond du ventre. Apparemment, il aime bien cette façon que j’ai de parler des choses. En général, il n’est pas du genre à me suivre dans mon choix de vie, mais il est incapable de me dire que j’ai tord, bien au contraire, il me dit que j’ai même raison, puisque je ne fait que de constater ce qui se passe sous mes yeux. Pas de théories, pas d’idéologies, juste du témoignage. Je lui demandais alors ce qui le faisait rire, et il m’avouait que la façon que j’avais d’en parler le faisait marrer. Je lui dis « alors, c’est quoi le problème ?

-Le problème, c’est que pour les gens, tu es un extra-terrestre, ils sont incapable de comprendre ce que tu dis, parce qu’ils sont dans cette société. Tu vois, ils savent aussi toutes ces choses que tu décris et dénonces, mais pour eux, c’est hors de porté, parce que par exemple, quand tu parles des femmes, tu en parle comme de quelqu’un qui au fond s’en tape, tu n’attends rien d’elles, tu as en toi l’idée qu’elles n’ont rien à te donner de si important, alors que eux, ils sont dépendant de toutes ces choses ! Tu renvois chier la société et pour ces membres, c’est incompréhensible ! En fait, quand on te demande de te mettre à la place des autres, c’est qu’on te demande de rentrer dans le rang, parce que les autres ne se mettront jamais à ta place ! Et l’existence même d’un individu comme toi, l’idée qu’il existe une vie en dehors du rang, ça leur fait peur. Alors, ils s’opposent à toi sans trop comprendre ce que tu veux dire. »

   Ses mots m’ont un peu réconforté, je dois bien l’avouer ! Il est un fin psychologue, dommage que l’on ne puisse pas compter sur lui sur certaines choses !

   Alors, je vous vois venir : « mais pour qui il se prend, c’est tout le monde qui est bête, sauf lui, tout le monde est con, sauf lui ! Il se prend pour le seigneur du cosmos »… je vous rassure ! Bien évidemment, c’est moi le débile, c’est moi le con, puisque nous parlons de société, de normes, de vision du monde partagé ! A ce petit jeu, le looser, le nullard, ce sont les mecs comme moi, qui n’ai que des amis aussi nuls que moi, qui est déconsidérés par vous-même peut-être, vos amis, voisins, votre famille… bref, le looser ! Et oui, je suis un looser qui n’a pas votre adhésion, à vous qui admirer les gens qu’on admire autour de vous juste… parce qu’on les admire autour de vous. Je n’ai pas ce langage qui puisse me permettre de me faire comprendre par ces brillantes personnes, enfermés dans cet obscur conformisme, réglementé, organisé, classifié… je raconte donc des conneries, des absurdités, du « n’importe quoi ». Et ouais, la nullité, c’est une convention sociale, pas un absolu, et les mecs comme moi, somme des nuls. Je suis aussi très laid, cela va de soi ! Et mes copains aussi sont très laids, puisque ce sont mes copains… une vraie société de jeune adolescente !

 

 

   C’est pas bien ce que je fait, c’est pas bien ce que je dis… allés, je me « met à la place des autres » ! Les femmes sont brillantes et intelligentes, ne calculent pas et sont sincères!

 

 

 

 

 

   Ca fait bizarre d’etre taré !

 

Publié dans Anecdotes

Commenter cet article