l'Amour conclusion

Publié le par 問道

   Nous avons donc, d’un côté des mâles, obsédés par le sexe, en quête exclusives de sensations égoïstes au début, mais qui finissent en situation de dépendance, et de l’autre côté, les femmes en quête d’une personne pouvant leur apporter en confort et en image de marque. L’homme fini par créer une relation qui va au-delà du matériel, sacrifiant beaucoup pour l’objet de son addiction, il agit de façon absolument irrationnelle. La femme, ne sait pas agir autrement qu’en calculant dans sa relation aux autres, elle n’a pas d’amie, juste des commères avec qui elles partagent les mêmes détestations. Son côté irrationnelle, elle le réserve pour l’objet réel de son amour : les biens de consommation. Pour un homme, l’amour s’exprime par le contact physique, pour la femme, ce sont les cadeaux, les chocolats, les diners qui font l’expression de l’amour. Qu’est ce qui donc uni ces deux êtres ensembles ? Ce sont justement ces contradictions, pour donner à la femme ce qu’elle attend, il ne faut pas être aussi calculateur qu’une femme, et pour donner à un homme ce qu’il attend, il faut savoir jouer de ses pulsions et de son addiction. Il serait cependant naïf de penser que tout ne tiens que dans ces lignes, chacun a une part de l’autre en lui, les proportions ne sont pas les mêmes, c’est ce qui fait la diversité humaine, l’existence est sans limite et les possibilités vont au-delà de la simple réalité. Nous vivons cependant dans un monde qui tend à l’uniformisation, par la mode ou la formation professionnelle, les moyens de contrôles sont immenses et sans précédent et donnent l’impression d’une prison d’où il est impossible d’en sortir. Force est de constater que dans un tel monde, l’idée même de sortir du moule ne traverse pas beaucoup d’esprits et la diversité ne se retrouve que simple « possibilité » et de moins en moins « réalité ».

 


Conclusion

« L’Amour a été inventé par les femmes pour permettre à ce sexe de dominer alors qu’il était fait pour obéir ! »

Jean Jacques Rousseau

Publié dans L'amour

Commenter cet article